Le recours collectif du Play Store prétend que Google a offert à Netflix un tarif spécial

Le recours collectif du Play Store prétend que Google a offert à Netflix un tarif spécial

Une action en justice antitrust déposée contre Google et son Play Store par plusieurs procureurs généraux de l'État a fait écho à la bataille Epic contre Apple, et un nouveau document souligne comment et pourquoi l'App Store de Google est si similaire. MLex correspondant principal Michael Acton souligne la nouvelle plainte, qui est arrivée vendredi soir d'avocats nommés pour représenter les consommateurs (c'est nous) dans un éventuel recours collectif qui rejoint les États et Epic Games en accusant Google d'abuser de son pouvoir de monopole et de comportement anticoncurrentiel.

“Similarly, Netflix, Spotify, and Tinder, some of the nation’s largest and most popular subscription services, have repeatedly sought to bypass Google Play Billing. In particular, Netflix wanted an alternative payments system. Apparently in an effort to ameliorate this displeasure, Google offered to take a significantly reduced revenue share percentage to Netflix. Not all developers, however, have met with Netflix’s success, even though many have sought to use their own payment systems.” “Similarly, Netflix, Spotify, and Tinder, some of the nation’s largest and most popular subscription services, have repeatedly sought to bypass Google Play Billing. In particular, Netflix wanted an alternative payments system. Apparently in an effort to ameliorate this displeasure, Google offered to take a significantly reduced revenue share percentage to Netflix. Not all developers, however, have met with Netflix’s success, even though many have sought to use their own payment systems.” Image: MLex, PREMIÈRE PLAINTE DE RECOURS COLLECTIF MODIFIÉE CONSOLIDÉE, CAS NO. 3:20-CV-05761-JD – 42

Le plus révélateur est peut-être une mention que populaire les services d'abonnement comme Spotify, Netflix et Tinder ont essayé de trouver des moyens de contourner la facturation Google Play et cette réduction de 30%. Ce n'est un secret pour personne, car la collecte directe d'informations de carte de crédit par Netflix et Spotify aurait conduit Google à publier une « clarification » expliquant que les applications Play Store doivent utiliser le système de facturation de Google et leur donner un an pour changer. Dans ce dossier, les avocats accusent Google d'offrir à Netflix une « part des revenus considérablement réduite » avec l'apparente intention d'écraser son désir d'utiliser un système de paiement alternatif.

Bien que nous n'ayons pas vu les détails ou le timing de ce pitch supposé, c'est un reflet direct des choses que nous avons apprises dans l'essai Epic vs Apple, où les e-mails d'Apple montrent qu'il a proposé une série d'édulcorants pour garder Netflix sur son système d'achat intégré.

Dans une déclaration à The Verge, une porte-parole de Google a déclaré: «Tous les développeurs sont soumis aux mêmes politiques que tous les autres développeurs, y compris la politique de paiement. Nous avons depuis longtemps des programmes en place qui soutiennent les développeurs avec des ressources et des investissements améliorés. Ces programmes sont le signe d'une saine concurrence entre les systèmes d'exploitation et les magasins d'applications et profitent aux développeurs. » Que ce soit le signe d'une saine concurrence est discutable, car les efforts de Google correspondent largement à ceux d'Apple, notamment en réduisant de moitié la commission sur les abonnements après un an. Cependant, il va plus loin en offrant une réduction de 15% aux développeurs sur leur premier million de dollars de revenus.

La commission standard de 30 pour cent de Google est toujours un objectif majeur, car la poursuite cite des chiffres internes de Google suggérant que le seuil de rentabilité pour le partage des revenus est en réalité d'environ six pour cent. La plainte cite des communications internes de Google qui admettent que la fixation des « frais arbitraires » à 30% a  » o justification, autre que la copie d'Apple.

Et en ce qui concerne la concurrence, les avocats citent des estimations de Google qui disent que même un un joueur comme Samsung ne pouvait gérer que 100 millions de dollars de revenus pour 2019, tandis que le Play Store a engrangé environ 4 milliards de dollars uniquement avec les téléphones Samsung. Dans le même temps, Reuters rapporte qu'un dossier non scellé dans l'affaire antitrust de l'État contre Google révèle que le Play Store a rapporté 11,2 milliards de dollars au total en 2019, avec 8,5 milliards de dollars de recettes brutes. bénéfice et 7 milliards de dollars de résultat d'exploitation.

3 – #Google calculé pourrait atteindre le seuil de rentabilité avec des frais de commission de 6% sur le Play Store – contre 30%

– Michael Acton (@MActon93) 27 août 2021

La réponse de Google aux AG de l'État en juin a déclaré que le Play Store « offre plus d'ouverture et le choix que les autres », et que sur Android, « vous pouvez choisir de télécharger l'application depuis une boutique d'applications concurrente ou directement depuis le site Web d'un développeur ». Cependant, ce dépôt creuse également des trous dans cet argument, soulignant que les accords OEM de Google avec les fabricants de téléphones interfèrent avec la facilité d'accès aux autres magasins d'applications que le Play Store, qu'ils doivent inclure sur l'écran d'accueil d'un appareil pour précharger Google. des applications comme Gmail et Google Maps.

“Similarly, Netflix, Spotify, and Tinder, some of the nation’s largest and most popular subscription services, have repeatedly sought to bypass Google Play Billing. In particular, Netflix wanted an alternative payments system. Apparently in an effort to ameliorate this displeasure, Google offered to take a significantly reduced revenue share percentage to Netflix. Not all developers, however, have met with Netflix’s success, even though many have sought to use their own payment systems.”

“Similarly, Netflix, Spotify, and Tinder, some of the nation’s largest and most popular subscription services, have repeatedly sought to bypass Google Play Billing. In particular, Netflix wanted an alternative payments system. Apparently in an effort to ameliorate this displeasure, Google offered to take a significantly reduced revenue share percentage to Netflix. Not all developers, however, have met with Netflix’s success, even though many have sought to use their own payment systems.” Image: MLex, PLAINTE DE RECOURS COLLECTIF CONSOLIDÉE PREMIÈRE MODIFIÉE, CAS NO. 3:20-CV-05761-JD – 53

Dans un appel opportun, il cite l'accord de distribution des développeurs Google Play qui interdit aux développeurs d'utiliser les informations sur les clients qu'ils obtiennent du Play Store, comme les adresses e-mail, pour les contacter directement. Vous pouvez lire la section pertinente ci-dessous.

4.9 Vous ne participerez à aucune activité avec Google Play, y compris la mise à disposition de vos produits via Google Play, qui interfère, perturbe, endommage ou accède de manière non autorisée aux appareils, serveurs, réseaux ou autres propriétés ou services de tiers, y compris, mais sans s'y limiter, Google ou tout fournisseur autorisé. Vous ne pouvez pas utiliser les informations utilisateur obtenues via Google Play pour vendre ou distribuer des Produits en dehors de Google Play.

Ça fait  » impossible pour les développeurs d'atteindre directement les clients pour proposer des alternatives au Google Play Store », selon la poursuite. Permettre aux développeurs d'utiliser les informations de l'App Store pour contacter les clients avec des e-mails comprenant des informations sur les options de paiement alternatives est l'une des petites concessions faites par Apple dans son projet de règlement de recours collectif plus tôt cette semaine. Cependant, des entreprises comme Spotify et Epic disent que cela ne va pas assez loin.

Mise à jour 18h08 HE: Ajout d'informations de Reuters sur le total des revenus du Play Store en 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *