Le nouveau président de la FIA menace Lewis Hamilton alors que Mercedes discute du camouflet du gala

Le nouveau président de la FIA menace Lewis Hamilton alors que Mercedes discute du camouflet du gala

Le patron de Mercedes espère que Lewis Hamilton continuera à courir

Inscrivez-vous pour GRATUIT maintenant et ne manquez plus jamais les meilleures histoires de F1

Email invalide

Nous utilisons votre inscription pour fournir du contenu de la manière que vous avez consentie et pour améliorer notre compréhension de vous. Cela peut inclure des publicités de notre part et de celles de tiers en fonction de notre compréhension. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Plus d'infos

Le nouveau président de la FIA Mohammed Ben Sulayem a averti Sir Lewis Hamilton qu'il pourrait faire face à des sanctions après avoir boycotté le gala annuel des prix à Paris jeudi soir. Avec le directeur de l'équipe Mercedes Toto Wolff, Hamilton n'était pas présent pour voir Max Verstappen recevoir son trophée de championnat du monde après le très controversé Grand Prix d'Abou Dhabi de dimanche.

Immédiatement après la victoire de Verstappen, Hamilton a été gracieux, malgré une victoire presque certaine qui lui a été arrachée lorsque le directeur de course de la FIA, Michael Masi, a modifié le règlement de la voiture de sécurité afin d'assurer un dernier tour de course – une décision qui a finalement joué entre les mains du Néerlandais.

Une protestation ultérieure de Mercedes a été rejetée, et malgré l'envoi initial d'un avis d'intention de faire appel, jeudi matin, l'équipe a libéré une déclaration confirmant qu'ils ne poursuivraient pas cette option.

Cependant, le débat entourant les événements de la Yas Marina a continué de faire rage, avec de nombreux fans de F1 appelant pour la démission de Masi après l'avoir accusé d'avoir délibérément organisé une arrivée. ubliquement depuis dimanche, Hamilton serait également «désillusionné» par la façon dont les choses se sont déroulées. Suite à l'annonce du retrait de Mercedes de son appel, Wolff a tenu une conférence de presse virtuelle au cours de laquelle il a confirmé que ni lui ni son chauffeur n'assisteraient au gala des prix en signe de protestation.

JUST IN: Le chef de Mercedes fait un commentaire Red Bull classé X lors de la remise du titre F1 à la cérémonie de la FIA

Lewis Hamilton a boycotté la remise des prix FIA gala à Paris. (Image: GETTY)

Ceci malgré l'obligation pour les trois meilleurs pilotes du classement F1 d'y assister, l'article 6.6 du règlement indiquant «Les pilotes terminant premier, deuxième et troisième du championnat doivent être présent à la cérémonie annuelle de remise des prix de la FIA. »

La cérémonie a représenté l'acte final des 12 ans de Jean Todt en tant que Président de la FIA devant le Français, sensiblement silencieux cette semaine sur le drame d'Abou Dhabi, remis à Sulayem. pour décider si l'absence de Hamilton mérite une punition.

Lors de sa première conférence de presse depuis qu'il a été confirmé dans le rôle, Sulayem n'a pas semblé préoccupé par l'ironie tremblante quand il a dit « En fin de compte, les règles sont des règles. »

Il a ajouté qu'il n'y aurait pas clémence s'il s'avérait qu'une infraction a eu lieu, en disant : «Nous allons regarder du côté de w ici les règles techniques sont là pour être employées et était-il en infraction ? Je dois me renseigner.

« Bien sûr, nous devrons également suivre nos règles. Mais en attendant, ça ne marche pas. Cela ne nous empêche pas de faire en sorte qu'un champion se sente bien dans ce sport, vous savez.

« C'est facile d'être gentil avec les gens. Et ce n'est pas cher d'être gentil. Et c'est aussi pour motiver les gens. Mais certainement, s'il y a une violation, il n'y a pas de pardon là-dedans. ', et a reconnu la déception actuelle de Hamilton.

Mohammed Ben Sulayem est le nouveau Président de la FIA.(Image : GETTY)

« Et je dis toujours : les règles ne sont pas faites. Un humain les a fabriqués – et ils peuvent être améliorés et modifiés par les humains. Les règles sont donc là pour être améliorées.

« Je sais que Lewis est vraiment triste de ce qui s'est passé et un mot que je dirais est qu'il a brisé. Mais nous devons chercher s'il y a eu une brèche. »

Hamilton a cependant assisté à une cérémonie spéciale cette semaine, se rendant au château de Windsor mercredi où il a été fait chevalier par le Prince de Galles.