Apple concède à laisser des applications comme Netflix, Spotify et Kindle se connecter au Web pour s'inscrire

Apple concède à laisser des applications comme Netflix, Spotify et Kindle se connecter au Web pour s'inscrire

Alors que les développeurs d'applications vocales ont accusé Apple la semaine dernière d'avoir transformé un règlement en justice en un changement de l'App Store qui n'était à peine un changement, la société semble faire une vraie, bien que petite concession aujourd'hui: Apple dit qu'elle laissera les développeurs des applications de «lecteur» (pensez à Netflix, Spotify et à l'application Kindle d'Amazon) relient directement leurs clients à leur propre site Web d'inscription, où ils pourraient potentiellement contourner entièrement le système de paiement intégré d'Apple (et sa réduction de 30%), dans ces cas où ils ne l'ont pas déjà fait.

Dans un communiqué de presse, Apple affirme que cette décision clôturera une enquête de la Commission japonaise du commerce équitable (JFTC) et qu'elle ne s'appliquera qu'à à ce genre d'applications de «lecteur» en ce moment – ​​une catégorie conçue à l'origine par Apple pour apaiser des entreprises comme Netflix et Hulu en leur permettant de laisser les utilisateurs se connecter simplement à leur compte existant au lieu de souscrire à un nouvel abonnement via l'App Store (et devant payer les frais d'Apple).

La JFTC a a confirmé l'accord dans un communiqué de presse, affirmant que la décision d'Apple « éliminerait la violation présumée de la loi antimonopole ». La commission, qui enquête sur Apple depuis 2016, a déclaré que la société s'était engagée à faire rapport sur l'état de la transparence de l'examen des applications une fois par an pendant les trois prochaines années. Selon la JFTC, Apple a proposé de modifier ses directives d'examen des applications en réponse à l'enquête.

Actuellement, les applications Netflix et Spotify sur iOS sont inutiles si vous n'avez pas déjà un abonnement : tous deux ne proposent qu'une page de connexion, sans lien vers leur site Web, et des excuses effrontées. «Vous ne pouvez pas vous inscrire à Netflix dans l'application. Nous savons que c'est un problème », lit-on sur la page d'accueil de l'application Netflix. L'application Amazon Kindle, en revanche, propose une page de base «Créer un nouveau compte Amazon» dans l'application elle-même, mais ne vous permet pas d'y acheter des livres, ni même dans l'application Amazon standard. Vous devez vous rendre sur un navigateur mobile pour acheter.

)

Le message qui vous accueille lors de l'ouverture de l'application Netflix sur iOS.

Le changement de règle a une portée extrêmement limitée, car Apple affirme qu'il n'a accepté que de permettre aux développeurs d'applications dites de lecture de « partager un seul lien vers leur site Web pour aider les utilisateurs à configurer et à gérer leur compte ». Apple dit également qu'il « aidera les développeurs d'applications de lecture à protéger les utilisateurs lorsqu'ils les lient à un site Web externe pour effectuer des achats », ce qui suggère qu'il aura des directives spécifiques sur la façon dont ces liens apparaissent. Il n'est pas clair si les développeurs seront en mesure de mentionner les prix.


Il y a autant de questions que de réponses :

– Apple peut-il toujours définir l'application « lecteur » par fiat?

– Les applications peuvent-elles mentionner explicitement le paiement ou le prix ou sont-elles qui muselée ?

– Un lien – où va-t-il ? Y a-t-il des règles?https://t.co/KuKgj9dXuW

— Dieter Bohn (@backlon) 2 septembre 2021

Il convient également de noter que lorsqu'Apple a rejeté l'application de messagerie Hey, et même après avoir modifié cette décision controversée, la société a clairement indiqué que les applications de messagerie ne comptaient pas comme des applications de «lecteur», même si vous abonnez-vous en dehors de l'application et la seule chose que vous pouvez faire sans compte est de vous connecter. Apple est celui qui décide quelles applications sont considérées comme des applications de lecture pour commencer.

Il semble également qu'Apple redéfinisse légèrement ce qu'est une application de «lecteur»: alors que les directives d'examen des applications de l'entreprise suggèrent qu'un L'application de lecture «peut» permettre aux utilisateurs d'accéder à du contenu précédemment acheté (vraisemblablement parallèlement aux achats intégrés, comme Netflix proposé depuis des années), le nouveau communiqué de presse d'Apple précise que «les développeurs d'applications de lecture

n'offre pas de biens et services numériques intégrés à l'application à l'achat

( en gras le nôtre).

Cela signifierait qu'Apple ne propose que cela exception aux entreprises qui ne versent de toute façon aucune commission d'achat in-app à Apple. Qui, certes, incluent certains des critiques les plus sévères d'Apple comme Spotify.

Certains critiques de l'anti-direction d'Apple les règles ont suggéré qu'ils aimeraient annoncer dans leur application qu'ils facturent moins cher aux utilisateurs sur leur propre site Web que via l'IAP d'Apple – puisqu'ils n'auraient pas à payer à Apple ces 30 % supplémentaires, ils pourraient répercuter les économies. Mais si la catégorie « lecteur » d'Apple n'inclut pas les applications qui offrent IAP, cette idée ne sera probablement pas possible avec la nouvelle règle d'Apple.

Il faudra peut-être un certain temps avant de trouver les réponses à ces questions: Apple dit que la règle n'entrera pas en vigueur jusqu'au début 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *